LE GAVRE & LA FORET

Ou se loger sur la commune du Gâvre ? 

3 possibilités :

Ou manger sur la commune du Gâvre ?  

Découvrez le reportage d’OHLALA et de Télénantes sur le Gâvre et sa forêt :

LA FORÊT DU GÂVRE

Avec ses 4460 hectares, la forêt du Gâvre est le plus grand massif forestier de Loire-Atlantique. Cette forêt domaniale est gérée par l’Office National des Forêts (ONF) et doit répondre à 3 objectifs :

Produire du bois de qualité ( chênes et résineux)

Accueillir le public

Protéger des espèces rares et des écosystèmes menacés

 

1. Un peu d’Histoire..

Lieu de vie des ducs de Bretagne dès le XIIIème siècle, la forêt permit la fondation de la ville du Gâvre en 1226 (Gavr : chèvre, chevreuil en celtique). La forêt fut rattachée au Domaine Royal en 1491  suite au mariage d’Anne de Bretagne avec Charles VIII. En 1791, elle sera incorporée au Domaine de l’Etat et restera domaniale jusqu’à ce jour.

2. Le Bois

Exploitée dès 1669, la forêt a fourni ainsi le roi Louis XIV en bois pour la confection de bateaux de la marine. Entre 2000 et 4000 chênes étaient nécessaires pour construire un vaisseau ! Cette exploitation continuera jusqu’à la fin du XIXème. La forêt servait également pour la réalisation de sabots, entre 16 000 et 30 000 paires seront exportées jusqu’en Amérique du Nord !

 

3. Accueil du public 

Pour découvrir les différentes facettes de la forêt, des sentiers  de randonnées, sentiers pédagogiques et un arboretum sont à votre disposition. Des tables de pique-nique sont aussi réparties sur le massif .

a) Sentiers de randonnées:

b) Sentiers pédagogiques :

L’un présente les différents stades de la chênaie, l’autre présente les multiples végétaux qui poussent dans la forêt. Pour plus d’information sur ces 2 sentiers, contactez-nous !

c) Arboretum :

Cette collection d’arbres, créée en 1996, regroupe des variétés différentes provenant du monde entier. Au-delà du but pédagogique, la richesse de cette collection présente un fort intérêt scientifique. La conservation d’une telle biodiversité d’essences permet des promenades agréables dans ce parc de 7 hectares . Actuellement l’arboretum n’est pas fauché, il est donc préférable de ne pas s’y aventurer. 

4. La biodiversité en forêt du Gâvre

Pour beaucoup de personnes, une forêt est un milieu uniforme, presque monotone…

Or, il n’en est rien : si on y regarde d’un peu plus près, la richesse de la biodiversité de la forêt du Gâvre s’explique par la diversité des milieux qui la composent.

En 2011, en partenariat technique avec la Maison de la forêt et avec le soutien financier de l’entreprise IKEA, l’ONF a mis en place trois panneaux qui montrent cette diversité faunistique et floristique:

 

 

 

 

La futaie

Les fourrés, landes, prairies lisières et clairières

Les zones humides, mares et étangs

Les illustrations ont été réalisées par le célèbre dessinateur naturaliste nantais Denis Clavreul.

On peut trouver ces trois panneaux en suivant l’itinéraire de randonnée balisé « le circuit du chêne de la messe » au départ du bourg du Gâvre (face à l’école publique Charles Perron).

La fiche est en vente à la Maison de la forêt et à l’office de tourisme de Blain et sa région.

On peut trouver ces trois panneaux en suivant l’itinéraire de randonnée balisé « le circuit du chêne de la messe » au départ du bourg du Gâvre (face à l’école publique Charles Perron).

La fiche est en vente à la Maison de la forêt et à l’office de tourisme de Blain et sa région.

La forêt du Gâvre accueille aussi le représentant le plus connu des cervidés , le Cerf élaphe ! La plupart du temps discret, ce grand mammifère rentre dans une phase de rut à la fin de l’été et au début de l’automne. Cette période est marquée par le cri rauque émis par les mâles retentissant dans la forêt. C’est le brame.

D’autres mammifères vivent également dans la forêt. Parmi les plus grands, il y a le sanglier, le chevreuil, le renard roux et la martre. D’ailleurs, ils ne sont pas seuls ! Petites et discrètes, les chauves-souris sont aussi dignes d’intérêt. Les chiroptères habitent les arbres creux, crevasses et aspérités rocailleuses et chassent les insectes une fois la nuit tombée. Pipistrelle commune, Murin de Bechstein, Barbastelle commune et Grand rhinolophe sont protégés comme toutes les chauves-souris.

Des amphibiens viennent se reproduire dans les mares forestières vers la fin de l’hiver. La Grenouille rousse, rare dans le département, est localisée sur quelques points d’eau à l’orée de la forêt. La salamandre tachetée est plus commune et bien répartie sur les différents boisements, on peut voir leurs larves dans les ornières créées par les débardeuses. Les grands tritons, Marbré et Crêté sont présents eux aussi tout comme le Triton Alpestre (qui lui est beaucoup plus rare).

Le pic noir est l’oiseau forestier par excellence ! Il creuse son nid dans les arbres morts et tambourine de son bec puissant lors des après-midis printanières et ensoleillées. Le pic vert, le pic épeiche et le pic mar grimpent également le long des arbres gâvrais. La chouette hulotte chasse les différents micro-mammifères du massif (Mulot sylvestre, Campagnol roussâtre et Musaraigne musette)

On peut également retrouver des reptiles en lisière de forêt. Ces derniers passent la plupart de leur temps à « lézarder » au soleil.  Le lézard des murailles, le lézard vert, la couleuvre d’esculape, la vipère péliade et l’orvet fragile sont des animaux peureux et qui déguerpissent au moindre bruit !

Les principales essences d’arbres qui poussent sont le chêne sessile (Quercus patraea), le Hêtre (Fagus sylvatica) et le Pin maritime (Pinus pyneaster) . On peut noter la présence de l’une des très rares et des plus grandes station d’Azuré des mouillères, ce petit papillon pond ses oeufs sur la Gentiane des Marais (Gentiana pneumonanthe).